Choix d’un fluide frigorigène

Linstitutionnelle4‘A.F.C.E. défend l’usage de tous les fluides frigorigènes en préconisant une responsabilité vis à vis des équipements.

En tenant compte de l’état des connaissances et des règles de l’art, les normes et les projets de normes doivent appuyer des solutions matures pour les applications du froid et de la climatisation, qui offrent une garantie maximale aux utilisateurs et aux clients finaux.

L’A.F.C.E. attend des solutions pour les systèmes directs offrant une sécurité intrinsèque du produit fini, notamment avec les HC, tel que le définit la norme EN 378. Il est rappelé que les fluides inflammables peuvent être utilisés sous certaines exigences limitant les dangers repérés.

A ce jour, des solutions alternatives au remplacement des CFC et des HCFC existent. Elles représentent une garantie en terme de sécurité des personnes et des biens. Les fluides tels que les HFC ont leur applications spécifiques bien que mentionnés dans la panier des 6 gaz à effet de serre dont le protocole de Kyoto demande de réduire l’impact en limitant leurs émissions. Les hydrocarbures, l’ammoniac et les autres fluides ont également leurs domaines d’application.

Il ne peut être tenu compte du GWP (PRG en français : Pouvoir de Réchauffement Global) seul d’un gaz ; il doit être relativisé en considérant la notion du TEWI (contribution totale au forçage radiatif) et en intégrant l’Analyse du Cycle de Vie , seule notion pour situer la réalité de l’impact d’un produit sur l’émission équivalente globale en CO2.

Aujourd’hui, les membres de l’A.F.C.E. préconisent de recourir à des solutions satisfaisantes en termes :

  • d’effet de serre direct, lié au niveau de confinement et au GWP des fluides
  • d’effet indirect, défini par l’efficacité énergétique
  • de sécurité vis à vis des personnes et des biens
  • de faisabilité technique
  • d’accessibilité financière

Il est impératif de ne pas mettre en difficulté ni d’interrompre la chaîne du froid et de la climatisation, indispensable pour la vie de notre société européenne.

Les orientations réglementaires sur les fluides ont leur limite en bannissant certaines utilisations; elles sont contraires à l’esprit du protocole de Kyoto qui demande de réduire l’effet de serre en limitant les émissions.

La définition de nouvelles normes est réalisée sous la responsabilité d’experts, représentant l’ensemble des acteurs de la filière; il est rappelé que ceux-ci engagent leur responsabilité pénale en cas d’incidents avérés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *