Le 1234yf s’impose dans l’automobile

A l’approche de la date butoir de janvier 2011 qui fixe par la directive F-Gaz la fin de l’utilisation de fluide frigorigène dont le GWP est supérieur à 150  pour la climatisation de tout nouveau modèle de voiture, les fabricants automobiles se devaient de choisir un nouveau fluide pour faire fonctionner ces équipements.  Depuis 2006 la recherche de fluides candidats a été intense, avec le classique R152a jugé trop inflammable, le CO2 et ses très fortes pressions par rapport aux systèmes actuels et de nouveaux fluides que l’industrie chimique devait essayer de trouver.

L’arrivée du 1234yf, mis au point conjointement pas Dupont et Honeywell, a d’abord été une sorte de soulagement pour les fabricants de climatisation automobile, en ce sens que ce HFC insaturé a un GWP de seulement 4  et semblait aller en lieu et place du R134a actuellement utilisé. De très nombreuses études ont été menées dans le monde sur la toxicité et l’inflammabilité de fluide, car l’enjeu pour les fabricants automobile est de taille mondiale. Il semble qu’il n’y ait pas de place dans cette industrie pour plusieurs systèmes de climatisation et donc plusieurs fluides que celà soit pour les USA, le Japon, la Chine ou l’Europe. Pourtant, bien que la réglementation qui impose un tel fluide ne soit qu’européenne, un standard mondial est en train de se crééer qui donnerait avantage définitivement au 1234yf.
Le problème industriel n’en est cependant qu’à son tout début. Le 1234yf n’est pas facile à fabriquer, coutera donc cher, et l’investissement industriel pour les untités de fabrication ne se fera que si les chimistes obtiennent des assurances de marché du monde de l’automobile.  Enfin, tous les industriels ont été échaudés par les rapides évolutions réglementaires au cours des 2 dernières décennies et voudraient que le fluide finalement choisi pour la climauto le soit pour une durée plus longue que celle qu’a vécu le R134a.

Deux pistes d’évolution sont déjà en train d’être investiguées :

  1. l’utilisation de ce fluide HFO dans d’autres applications telles que la climatisation fixe, mais celà passera sans doute par la création d’une nouvelle norme pour la définition et mesure de fluides légèrement inflammables tels que le 1234yf. En effet, les fluides n’ont aujourd’hui qu’un classement quasi binaire : inflammable ou non inflammable; La notion de vitesse de flamme et d’énergie d’initiation vont sans doute être introduites pour caractériser un fluide et mesurer, pour le fabricant de l’équipement, le risque encouru.
  2. La création dans l’automobile de nouveaux systèmes de pompe à chaleur permettant d’assurer dans les véhicules électriques de demain le chauffage et la climatisation  avec une dépense énergétique aussi faible que possible.

Si ce n’est pas une révolution pour l’utilisateur final, les fabricants et les opérateurs ont devant eux une nouvelle ère qui commence.