Situation tendue pour les fluides frigorigènes fluorés

A travers les différentes communications et informations de ses membres, l’AFCE a rédigé un résumé rapide à propos de la pénurie et l’envolée des prix des fluides frigorigènes fluorés, depuis un an maintenant.

Plusieurs raisons sont à l’origine de cette situation :

Une offre en diminution depuis plusieurs années

> Plusieurs matières premières dont la fluorite et le sulfure sont plus difficiles à obtenir car les capacités d’extraction sont limitées et les exportations de la Chine (principal fournisseur mondial) ont été restreintes

> Les capacités de production mondiales d’organochlorés ont baissé et une vraie

> pénurie de perchloréthylène (matière première du 125) et trichloréthylène (matière première du 134a) nuisent à l’approvisionnement des usines de fabrication de HFC.

> Plusieurs années de surproduction mondiale de HFC (jusqu’en 2010) ont également entrainé une restructuration de la production des HFC en Europe avec une baisse des capacités de production.

> Les stocks de R125 sont très bas, dûs entre autre à l’arrêt d’une usine (pendant plus d’un mois de plus que prévu.)

Une demande mondiale de HFC en hausse liée à :

> une relance économique en Asie et le remplacement anticipé du R22 par le R410A

> l’abandon en Europe des HCFC dont les quantités régénérées baissent ainsi qu’aux Etats – Unis ou par exemple le 134a (à raison de plusieurs milliers de tonnes) a substitué les HCFC dans la fabrication de polystyrène extrudé

> Une demande en 134a dans la climatisation automobile encore très soutenue car le remplacement du 134a n’est pas encore effectif

La pression combinée du manque de matière première et d’une plus forte demande a fortement agi sur les prix qui – suivant les produits – ont parfois doublé voir triplé entraînant pour certains HFC des augmentations de coût au delà de 50%.

La pénurie est surtout avérée sur le R125 et le R134a qui sont des composants des HFC les plus usités tels que le R404A le R407C et le R410A. Aussi d’après les producteurs, aucune réelle amélioration n’est à attendre pour 2011 avec un marché qui restera au moins aussi tendu qu’en 2010.

Les distributeurs sont incapables de réagir puisque la situation est mondiale et dépasse nettement les frontière de l’Europe et donc de la France.

C’est une raison supplémentaire pour les opérateurs et les utilisateurs d’installations de froid et de climatisation de mieux surveiller le bon fonctionnement et confinement de leurs installations afin de limiter leur demande en maintenance, conformément à la F-Gaz et au décret français sur les fluides frigorigènes.

Télécharger le communiqué